Évolution des transports en commun en France

Depuis fort longtemps déjà, en France du moins, la voiture n'est plus considérée comme un luxe qui n'est permis qu'aux plus aisés. Plusieurs Français disposent en effet de leur automobile dont l'usage leur est bien agréable. Certaines études ont toutefois démontré qu'une grande majorité des Français oriente leur choix vers les transports en commun. Étudions ce dossier de plus près.

Les Français et le transport en commun

En France, on laisse bien volontiers son véhicule au garage au profit d'un moyen de transport en commun. C'est du moins ce que révèlent les statistiques en la matière. Essentiellement constitués par les réseaux d'autobus, de métro, de RER, de tramway et de train, les services de transports communs voient l'effectif de leur clientèle monté en flèche. On dénote alors une hausse importante du trafic effectué par les transports en commun. Cette préférence des Français se base sur plusieurs raisons. Contrairement aux idées reçues, les usagers de ce mode de transport ne sont pas toujours contraints de le choisir, stressés par le trajet ou répugnés des manies des autres passagers. Bien au contraire ! Ils apprécient les transports en commun puisqu'y vivant des moments riches, variés et avantageux : lecture, pas de stress du conducteur, occupations diverses…

Des statistiques édifiantes

C'est au profit du transport en commun que la circulation des automobiles a connu un abaissement significatif depuis une dizaine d'années environ. Le gouvernement français, ayant d'ailleurs observé l'essor de ce secteur, ne ménage pas d'ingéniosité quant à la conception de plans directeurs pour son évolution (élargissement de routes, construction de nouvelles lignes à grandes vitesses…). D'après les résultats de l'Enquête Globale Transport 2010, les transports en commun réalisent plus de 125 millions de trajets chaque semaine, des chiffres en pleine explosion lorsqu'on tient compte des différentes évolutions du secteur. Si en 10 ans, le trafic effectué par les transports communs a augmenté de 21%, qu'en sera-t-il pour la prochaine décennie ?